Appel à contributions : L’édition de création 1930-1970.Le grand illustré, et après ?

3 juin 2019 / Bibliothèque de l’Arsenal

Lorsqu’en 1928 Raymond Hesse dresse le bilan des entreprises bibliophiliques en France, il note qu’un double mouvement de fond caractérise l’après Grande Guerre. D’une part « la bibliophilie prend une forme corporative  », de l’autre se développe une « édition de luxe » à visée commerciale pour des auteurs dont le succès de librairie pousse les éditeurs littéraires à réimposer le texte accompagné de figures  . Dès lors, c’en est fini de la bibliophilie créatrice à la Octave Uzanne, « publication très dégagée des traditions et des préjugés typographiques et iconographiques  » dont l’enjeu était de s’extraire du collectionnisme de la « grande bibliophilie rétrospective » comme de la « bibliophilie vénérant  » promouvant un « panthéon littéraire alternatif  » ou classique. Le champ du livre de luxe qui liait éditeurs-bibliophiles, amateurs et médias autour de débats relatifs au livre moderne hors du secteur éditorial industrialisé se reconfigure ainsi dans les années 1920 puis se renouvelle suite à la crise de 1931 qui voit l’éclatement de la bulle spéculative du livre de luxe et la cessation d’activité d’un grand nombre d’éditeurs.

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’édition de création 1930-1970.Le grand illustré, et après ?

Journée d’étude : L’art (décoratif) du livre fin-de-siècle : éloge du parergon.

« Mais l’illustration, c’est la décoration d’un livre ! »

Journée d’études organisée par Sophie Lesiewicz (BLJD) et Hélène Védrine (Sorbonne Université) le 7 février 2019.

Qui ne connaît l’exclamation célèbre de Maurice Denis, qui ajoutait : « Trouver cette décoration sans servitude du texte, sans exacte correspondance de sujet avec l’écriture ; mais plutôt une broderie d’arabesques sur les pages, un accompagnement de lignes expressives »(« Définition du néo-traditionnisme », août 1890) ? Cette affirmation a blasonné une nouvelle conception du livre illustré. Attirer l’attention sur le caractère purement plastique de l’illustration et des éléments qui la déterminent déplace notre regard du texte et de l’image vers la typographie (lettre et mise en page) et le décor. Maurice Denis résout brillamment l’opposition qui voudrait que la domination de l’illustration au xixe siècle ait dévoyé l’art de la décoration purement typographique du livre (voir Charles Saunier, Les Décorateurs du livre, 1922). Encore faut-il donner sa pleine mesure à la notion de « décor » et de « décoration », et examiner la diversité des exemples qui peuvent appuyer une telle assertion, que l’on trouvera encore sous la plume d’Édouard Pelletan, mais dans un sens qui vise à revenir à un livre décoré par des moyens purement typographiques : « Illustrer, […] c’est décorer une page » (Le Livre, 1996).

Continuer la lecture de Journée d’étude : L’art (décoratif) du livre fin-de-siècle : éloge du parergon.