Travaux Typo

Le laboratoire Écritures de la modernité de l’université Paris 3 et la bibliothèque littéraire Jacques Doucet se sont adressés à l’association Signes, dédiée à l’histoire et à la pédagogie du graphisme et de la typographie, pour mener une étude sur le corpus des ouvrages mis en ligne sur le site Livresc.

Cette étude comprend deux volets :

1) La reconnaissance et la désignation des caractères typographiques utilisés dans les ouvrages où aucune mention n’indique leur origine.

2) L’expertise quant à la typographie au sens large (choix et emploi des caractères, mise en pages) déployée dans ces ouvrages.

Aymeric Dutheil (graphiste), Pascal Richon (graphiste et dessinateur de caractères), Michel Wlassikoff (historien), membres fondateurs de l’association Signes, se sont consacrés à cette étude. Les résultats quant à la reconnaissance des caractères sont en cours de publication sur le site, faisant l’objet de courtes notices additionnelles (voir la page des fiches typographiques). A cet égard, il est intéressant de situer cette étude dans le cadre de la recherche en matière de typographie et d’en préciser la méthode.

Il s’est agi tout d’abord de définir différentes occurrences d’usage des caractères :

— En premier lieu, le texte courant, qui peut selon les ouvrages être identique du début à la fin ou bien varier, en fonction de choix typographiques classiques (préface) ou plus singuliers.

— les caractères composant les titres et sous-titres. Parfois issus de la même police que celle composant le texte courant, plus généralement provenant d’une ou plusieurs polices différentes, et souvent puisés dans le registre des incises, des scriptes, des manuaires et des lettres fantaisie.

— Enfin les caractères utilisés dans des listes, répertoires, glossaires ou tout autre forme de textes très différenciés du texte courant et dont la mise en pages peut conduire à une composition typographique singulière.

Il s’est agi également de définir le niveau de reconnaissance des caractères. En d’autres termes, certains types sont clairement reconnaissables et ont fait l’objet de peu de plagiats ou d’interprétations, ils ont été précisément dénommés au moment de leur publication (parfois du nom de leur créateur) et sont restés dans le giron de fonderies importantes ; parmi eux : le Grasset, le Gill sans, le Peignot, l’Optima, l’Univers, etc. D’autres caractères, en revanche, ont connu de multiples déclinaisons et « réhabilitations » – tels les Garamond, Baskerville, Bodoni, etc. –, de la part de nombreuses fonderies dont la plupart ont disparu de longue date. Parfois même des types qualifiés de manière distincte (certains Plantin notamment versus Garamond) s’avèrent plus proches du dessin original d’un caractère historique. Enfin des caractères n’ont jamais fait l’objet d’une appellation exacte : on les trouve sous la simple dénomination de romain, latin, elzévir, antique, égyptienne, fantaisie, dans les nombreux spécimens publiés par les fonderies jusqu’au début du XXe siècle. [Pour ces questions voir ci-après les « Notes sur la dénomination des caractères typographiques »]

Face aux difficultés que rencontre toute approche de cette nature, nous avons pris le parti de subdiviser les étapes de notre étude selon les catégories suivantes :

— caractères dont l’appellation et la provenance sont précises et la reconnaissance certaine ;

— caractères dont la typologie est sûre (Baskerville, Bodoni), mais dont la provenance exacte nécessite une recherche approfondie ;

— caractères relevant d’appellation large (romain ancien, égyptienne, etc.) et de provenance incertaine.

En dehors de la connaissance personnelle de chacun des contributeurs, l’étude s’est basée sur des outils et des sources divers, que l’on peut résumer ainsi :

— logiciels de reconnaissance des caractères. Peu fiables, ces outils mis à disposition par certains sites permettent de repérer des archétypes et rarement des polices précises, et concernent plutôt des créations contemporaines.

— « Corpus typographiques français ». Répertoire en ligne constitué par le Musée de l’imprimerie de Lyon à partir de ses propres fonds et qui offre un panorama non exhaustif sur les créations essentiellement au XXe siècle et de certaines fonderies.

— Archives Signes. L’association possède un fonds assez important d’épreuves, spécimens, albums et catalogues de caractères du XXe siècle.

— Bibliothèque de l’école Estienne. Consacrée à la typographie et au dessin de caractères, cette bibliothèque conserve un fonds très riche d’épreuves, spécimens, albums et catalogues de caractères du XVIIIe au XXe siècle.

— Par ailleurs, au cours de ses recherches, Michel Wlassikoff a réuni une importante documentation provenant des principales bibliothèques en France possédant des fonds dédiés à la typographie (BNF, Estampes et Arsenal notamment, bibliothèque Forney, bibliothèque des arts graphiques, bibliothèque des Arts décoratifs) ainsi que des documents provenant du Musée Plantin-Moretus à Anvers et du Musée de la typographie d’Offenbach (Allemagne).

Notes sur la dénomination des caractères typographiques

De leur naissance, vers 1450, au début du XIXe siècle, les caractères étaient désignés par leur taille (Gaillarde, Saint-Augustin, Double-canon, etc.), éventuellement leur genre (italique, civilité, hébreu, etc.) et le nom de l’imprimeur qui les utilisait ou du graveur qui les avait dessinés. Certains d’entre eux, tels Garamond, Caslon, Baskerville, Bodoni ou Didot, sont restés associés aux qualités de leurs alphabets et aux nombreuses copies ou restaurations qu’ils ont suscitées.

Au début du XIXe siècle, une libération stylistique favorisée par l’essor des techniques, conduit, d’une part, à des variantes de graisses, parfois extrêmes, d’autre part, à l’émergence de multiples alphabets décoratifs. Les variantes de chasses, épaulées à la fin du siècle par l’invention de la pantograveuse, se généralisent et viennent compléter cet attirail typographique. Les noms très génériques d’antiques, latines, égyptiennes, toscanes, etc., assez subjectifs pour un grand nombre d’entre eux, et que viennent compléter les qualificatifs allongées, ombrées, grasses, éclairées, etc., apparaissent dans les catalogues des fonderies.

Vers 1850, face à ce foisonnement souvent outrancier, un mouvement de réhabilitation des formes sobres de la Renaissance se fait jour. Les nombreux caractères issus de ce courant prennent en France le nom générique d’elzévirs, et d’Old style dans les pays anglo-saxons.

Au début de XXe siècle, les fonderies mettent en œuvre des familles très larges de caractères, constituées de graisses et de chasses multiples, tandis que se généralise l’attribution d’un nom spécifique à chaque nouveau caractère, pour des raisons commerciales autant qu’artistiques. Il peut s’agir du nom de la publication à laquelle les caractères sont destinés, du nom de leur auteur, d’une allusion stylistique ou de toute autre inspiration.

Certains caractères présents dans le corpus peuvent donc porter, et ce indépendamment de la date de parution de l’ouvrage où ils figurent, soit un nom générique, comme antique allongé ou elzévir  ; soit le nom d’un modèle qui a généré de nombreuses variantes et interprétations, comme le Caslon ou le Bodoni  ; soit enfin un nom spécifique, comme Della Robbia, Times ou Optima.

Les noms des caractères qui appartiennent à cette dernière catégorie sont assortis, au sein des notices analytiques, des noms des fonderies qui les ont créés. Certains caractères n’ont été distribués que par leur fonderie d’origine ; d’autres, plus nombreux, ont évolué au gré des licences, cessions ou rachats, et suivre leurs parcours tient souvent, entre absence de catalogues, copies et faillites, de la gageure. Dans la mesure où le matériel disponible permet cette connaissance, le nom de la fonderie qui a précisément fourni les caractères utilisés pour l’ouvrage concerné est indiqué par un astérisque.

L’équipe Signes, Janvier 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *